A Oslo, on l’a vu, on profite de chouettes bains de mer, de petites îles adorables qui rafraîchissent le regard et le cerveau, de barbecues à toutes heures… mais Oslo, c’est aussi de la hype nonchalante à Grünerløkka, de la jeunesse blonde et bronzée sur les plages de Bygdøy et de la douceur de vivre sur les quais des anciens docks d’Aker Brygge et Tjuvholmen. Oslo en été, c’est aussi la sensation incroyable d’un jour qui n’en finit pas… A 4h du matin, les oiseaux chantent ! Je vous emmène ?

Norvège, Grünerløkka, hipsters et dolce vita

oslo2-01

Il y a à Grünerløkka une douceur de vivre, un esprit quasi bohème qui me saisit à chaque fois. Sur cette colline plantée à l’est d’Oslo, dans l’ancien quartier ouvrier de la capitale norvégienne, c’est comme si le temps ralentissait soudainement.Comme si nos amis Scandinaves, matérialistes souvent et acharnés de sport toujours, inhalaient soudainement un peu de Paris, un peu de Rome… un peu de Bruxelles voire même de Williamsburg.

J’ai beaucoup de mal à expliquer l’effet Grünerløkka sur moi, mais il est resté le même 17 ans après : il suscite inexorablement en moi l’envie urgente de prendre mes clics et mes clacs pour m’installer à Oslo.

Cette année encore : j’ai vieilli, je m’enthousiasme moins facilement pour la moindre ville étrangère. Donc je me promène dans Oslo avec mes enfants, je trouve ça sympa, ça m’est familier et doux mais je ne me vois pas y vivre. J’arrive à Grünerløkka : pouf ! Mutation chimique, je ne sais pas… je suis saisie d’amour pour le lieu, l’impression d’être arrivée chez moi. Bref. Il doit y avoir des ondes bizarres sur cette colline :)

Plus concrètement, pour toi, lecteur, qui veut vivre l’expérience mystique de Grünerløkka (et ne la vivra sans doute pas, hein, c’est mon cerveau de blonde bizarre qui fusionne avec l’esprit des lieux), tu y apprécieras sans doute les bars vraiment chouettes, les boutiques de design, de vintage (si tu es anglophone, jette un oeil aux bonnes adresses dénichées par Coolhunting), la rivière qui longe le quartier et descend vers le centre d’Oslo, les grands parcs comme le Sofienbergparken dont j’ai parlé dans le 1er épisode de mes aventures norvégiennes.

Je suis allée boire des coups avec mon amie Camilla dans un gin bar, Chair il s’appelle, apparemment c’est la tendance montante à Oslo, c’était vraiment bon et cool. Si tu longes la Thorvald Meyers gate, la rue qui traverse le quartier de Grünerløkka, tu auras de toute façon la multitude des choix de bars vraiment cool (essaye tout de même de passer au Bar Boca, c’est un des lieux piliers du coin).

Sache qu’à Grünerløkka tu trouveras aussi un vraiment super chou petit biergartencomme à Berlin, qui donne directement sur la fameuse rivière dont je te parle plus haut : St. Pauli Biergarten, c’est son nom.

A Grünerløkka tu pourras aussi flâner en terrasse d’une plutôt très bonne pizzeria,Villa Paradiso. Ils font aussi des salades excellentes et l’endroit est peuplé de barbus à lunettes de soleil et de bébés blonds… si tu es allergique aux hipsters, il te faudra fuir, évidemment. Si tu es plus dans un trip “dinner americain mais avec l’accent norvégien”, sache que le Nighthawk Dinner est un peu le centre de vie du quartier. Pas testé encore mais c’est clairement the place to be à Grünerløkka.

Au fil de l’eau à Aker Brygge et Tjuvholmen

Bon, on quitte les hipsters et leur marmaille en liberty vintage ? Je t’emmène au coeur d’Oslo, au pied de sa très soviétique mairie, au bord du fjord, là où ferries, voiliers, bateaux à touristes, bateaux de pêche (il doit bien en rester) et énormes paquebots cohabitent. Là où, en lieu et place des anciens docks, la municipalité a créé il y a 20 ans un quartier tout en terrasses, cafés, restaurant et douceur de vivre : Aker Brygge.

oslo2-02

Alors oui, ça pourrait ressembler un peu à tous les autres docks restructurés de toutes les villes du monde, genre les docks du Havre ou de Bordeaux. Oui, c’est vrai et c’est même sans doute le cas… mais à Aker Brygge et Tjuvholmen, son extension récente, tu as cette douceur de vivre que seule Oslo peut t’offrir. Tu as ces petits bateaux qui filent vers les îles du fjord en faisant peutpeutpeutla citadelle d’Akershus de l’autre côté du port, qui te contemple, ce calme d’un pays qui est un nain géopolitique et qui le vit plutôt bien. Oslo ne se la raconte pas. Oslo profite de la vie, de sa nature préservée, de la beauté simple de son environnement. Il y a comme des envies de se retirer sur île du fjord, quand tu bois ton mocha latte en terrasse à Tjuvholmen… se retirer sur une île mais sans quitter le monde, sans quitter Oslo, juste ralentir le rythme.

oslo2-03

Tout au bout de Tjuvholmen, dans le prolongement donc d’Aker Brygge, il y a un musée intéressant d’un point de vue architectural (je n’ai pas pris le temps de le visiter), le musée Astrup Fearnley. Et derrière ce musée, il y a une toute petite plage, un lieu complètement inattendu en plein centre ville. Cela a fait la joie de mes enfants, je dois dire.

En vacances à Bygdøy

Même si, en réalité, se baigner à Oslo c’est d’un banal absolu, on l’a vu. Je t’ai emmené sur les îles du fjord dans le 1er épisode de ce récit, mais sache que tu peux aussi aller sur la presqu’île de Bygdøy.

oslo2-04

Bygdøy, c’est donc une presqu’île, presque en centre ville. Le roi Harald V y a une résidence d’été et une ferme royale. Les riches norvégiens y rivalisent de maisons toutes plus luxueuses et élégantes les unes que les autres… A Bygdøy, il y a des pins, des petites rues qui serpentent, la mer que l’on découvre à tout instant au bout d’un chemin, de jolis restaurants (je te conseille le très chouette et mignonCafé Hemma Hos, ça veut dire “la maison des beaux-parents si ma mémoire est bonne… Camillaaaaa ??) et tout au bout, la plage. Mais genre LA plage. Tu veux voir la jeunesse norvégienne dans toute sa splendeur, au sens propre du terme ? Va à la plage de Huk (ouais, OK, c’est bon, SAVA). Evidemment il faut être bien dans son propre corps, parce que là c’est un peu le concours de bombasses blondes et bronzées et d’éphèbes tout aussi appétissants. Ça sent évidemment le barbecue, mais ça tu le savais déjà si tu as lu la première partie de mon voyage à Oslo.

Bref. A Huk, face aux îles du fjord, entre les jeunes qui se draguent et les petits enfants qui courent dans le sable, tu te sens loin de la ville (tu es pourtant encore dans Oslo) et totalement en vacances.

Oslo : le jour la nuit

Oslo, c’est plutôt le sud de la Norvège, mais néanmoins, si tu y vas en été, tu savoureras ce petit goût de dépaysement supplémentaire : il fait jour la nuit. Mais genre… JOUR. Pour te dire, globalement il fait crépusculaire de 23h à 1h. Là, je pense qu’il fait nuit. Et à 2h30… ben l’aube revient. Pour tout te dire, un soir nous sommes sorties entre filles avec ma pote, je n’ai pas vu la nuit. Il a dû faire nuit quand on dînait. A 4h du matin, quand nous sommes rentrées chez elle, il faisait plein jour. Les oiseaux chantaient et mon corps me disait qu’il était 8h, tranquillement. C’est magique. Vraiment. A vivre.

Regarde, true story, photo prise à 4h du matin, twitter peut le prouver :

oslo2-05

Voilà, si avec tout ça tu n’as pas une envie irrépressible de poser tes valises pour une semaine à Oslo en été, je ne peux plus rien pour toi mon chat.

Et si tu es arrivé par cette deuxième partie, je te propose de découvrir mon premier article consacré à ce voyage estival à Oslo.